Animaux et insectes, Gaspésie, Plein air, Voyages
Laisser un commentaire

En famille à l’Île Bonaventure

Plus jeune, je suis arrêtée quelques fois à Percé durant des vacances estivales en Gaspésie. À chaque passage, je contemplais avidement le Rocher et j’arpentais les nombreuses boutiques de souvenirs à la recherche d’un énième bibelot pour ajouter à ma collection de babioles de voyages. Pour une raison que j’ignore, je n’avais pourtant jamais mis les pieds sur l’Île Bonaventure avant il y a cinq ans. Lorsque j’ai enfin marché dans les sentiers menant à cette impressionnante colonie de fous de Bassan, je ne pouvais pas croire que je n’y étais jamais allée plus tôt.

Peut-être ressentirez-vous, comme moi, quelque chose de particulier en effectuant votre randonnée sur l’Île Bonaventure. Est-ce tout simplement le vent du large qui nous enivre ou cette impression unique de pouvoir être témoin d’un rassemblement hors du commun? Malgré l’affluence touristique habituelle à Percé lors de la saison estivale, la balade sur l’île qui sert de refuge à près de 250 000 oiseaux marins n’a toujours pas perdu de son charme.

Pour vous y rendre, il vous faudra d’abord profiter d’une croisière d’environ 50 minutes. On vous fera faire le tour du fameux Rocher Percé – le détour est incontournable, maintenant qu’il n’est plus possible de l’approcher à marée basse, depuis quelques années – mais aussi, bien sûr, de l’Île Bonaventure. Au passage, vous pourrez probablement observer plusieurs phoques gris qui se font bronzer au soleil.

Prévoyez partir le plus tôt possible dans la journée pour pouvoir rester tout le temps que vous désirez sur l’Île: pour le même prix (prévoyez environ 35$ par personne et la gratuité pour les enfants de 5 ans et moins), votre billet vous permet soit de faire seulement le tour de bateau, soit de faire escale sur l’Île et de reprendre le bateau de retour de votre choix (pour revenir à Percé, les départs se font généralement aux demi-heures). On ne saurait trop vous recommander de prendre le temps de débarquer et d’aller voir les fous de Bassan de plus près!

À votre arrivée, vous devrez dépenser une fois de plus pour l’accès au Parc national géré par la Sépaq. Les droits d’accès ont malheureusement augmenté, là aussi, depuis les dernières années: comptez 8,50$ par adulte, mais c’est gratuit pour les enfants de 17 ans et moins.

L’ÎLE BONAVENTURE EN FAMILLE

Nous avons croisé de nombreuses familles comme nous lors de notre passage en août dernier. Si la croisière de 50 minutes peut être à la fois amusante, mais un peu longue pour les plus petits, la randonnée sur l’Île et la contemplation du plus important refuge d’oiseaux migrateurs au Québec est une belle partie de plaisir. Prévoyez de bonnes chaussures de marche ainsi que de l’eau et des collations pour toute la famille, puisqu’il n’y a pas d’eau potable sur place (il y a, par contre, un petit restaurant, ainsi qu’une boutique, à l’entrée du site). Avec de jeunes enfants, on vous suggère de faire le sentier le plus court, «Les Colonies», ce qui vous fera une excursion totale de 5,6 km (environ 1h30 aller-retour) et vous mènera le plus directement au repère des fous de Bassan. Si vous avez le temps (et vos enfants ne sont pas trop épuisés par leur journée de découvertes), au lieu de revenir sur vos pas, empruntez le joli, mais plus long, sentier du «Chemin-du-Roy», qui vous ramènera aussi jusqu’au quai d’embarquement.

Pour la première fois, cet été, les deux sentiers principaux de l’Île étaient transformés en une grande chasse au trésor: le «Rallye du corsaire Duval». Tout au long de notre randonnée, nous pouvions faire des arrêts devant des tableaux et s’amuser à répondre à des questions sur la faune, la flore et l’histoire de l’endroit, une belle façon d’intéresser les plus jeunes et d’en apprendre davantage. La «chasse au trésor» n’était par contre peut-être pas tout à fait au point, puisque lors de notre arrivée en après-midi, il n’était déjà plus possible d’aller chercher la «carte au trésor» et de compléter l’activité. Peut-être faudrait-il, à l’avenir, penser à fournir du matériel (ne serait-ce qu’un solutionnaire), peu importe l’heure d’arrivée des visiteurs, puisque nous avions tout de même du plaisir à répondre aux questions sur le parcours…

Presqu’arrivés au repaire de la colonie, fiston trépignait d’impatience en réalisant qu’il commençait à entendre (et à sentir!) le rassemblement des oiseaux: «Maman, je n’ai jamais rien vu comme ça!» L’endroit est toujours aussi splendide; un arrêt à faire absolument lors de votre prochain séjour en Gaspésie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s